Flexibilité et fiabilité de l’hébergement Cloud pour une solution IoT

Les solutions IoT modernes rendent notre environnement plus intelligent et plus réactif, en connectant les choses numériques et physiques qui nous entourent. Bien entendu, des systèmes aussi complexes nécessitent un hébergement très flexible, sécurisé et avancé pour un fonctionnement fluide, fiable et rapide.

Nicolas Zieglé
Nicolas Zieglé
R&D Lead tech, Logifleet

Lisez les prévisions de Nicolas Zieglé, le technicien en chef de la R&D de Logifleet, sur un produit IoT logistique très réfléchi et utile et sélectionnez le bon fournisseur d’hébergement cloud pour ce produit.

1. Quelle est l’expertise principale de Logifleet ?

Logifleet est une société basée en Suisse avec des bureaux à Lausanne et St-Gall. Nous fournissons des solutions logicielles spécifiquement développées pour la gestion de flotte et de ressources, principalement axées sur les entreprises suisses pour le moment. Notre produit phare est une solution IoT nommée Logifleet 360°, construite pour gérer et optimiser l’utilisation des véhicules, des machines et des outils afin d’améliorer la logistique de toute entreprise.

logo logifleet
La définition de la cible de Logifleet est en fait assez large, car les besoins de nos clients varient beaucoup : nous avons des clients qui utilisent notre produit dans le secteur de la construction pour la facturation automatique, d’autres utilisent le suivi de la température et les alertes parce qu’ils livrent de la nourriture ou des médicaments. Nous travaillons avec des entreprises de toutes tailles : certaines ont besoin d’un suivi en temps réel pour 4 ou 5 véhicules importants, d’autres ont plus de 1500 objets connectés sur le même compte, et ont besoin de rapports mensuels détaillés. Tout dispositif installé rapporte de 3 à 1500 messages par jour dans les cas les plus extrêmes, mais nous l’ajustons pour obtenir uniquement les informations nécessaires et éviter la « pollution des données ».
Cloud Hosting Flexibility and Reliability for IoT Solution

2. Quels logiciels et applications utilisez-vous pour mener à bien le projet ? Pourquoi les avez-vous choisis et comment résolvent-ils les tâches assignées ?

Nous utilisons uniquement des outils open source : Elasticsearch comme base de données principale, Kafka pour le traitement des données, et quelques projets Spring boot pour servir les API aux différents fronts et également comme producteur et consommateur de Kafka. Nous avons également un cluster Redis pour la mise en cache, un cluster Gisgraphy pour le géocodage, un serveur sFTP et quelques serveurs CD/CI. J’en oublie peut-être quelques-uns.

Kafka est le changement le plus récent de notre architecture et il est parfaitement adapté à nos besoins, car Logiflleet doit traiter des milliers de messages par minute. Elasticsearch est tout à fait capable d’indexer et de rechercher rapidement à travers ce volume. Nous avons également un serveur Kibana pour la surveillance du cluster Elasticsearch, qui est un outil vraiment cool pour une architecture comme celle-ci.

3. Quelles sont vos exigences et celles de vos clients en matière d’hébergement cloud ?

Du point de vue de la R&D de Logifleet, la disponibilité du service et la sécurité des données sont du même niveau d’importance. Le prix est également important : nous sommes une petite et moyenne entreprise et nous traitons des données volumineuses et une infrastructure complète construite pour cela. L’infrastructure doit donc être solide, capable de supporter un grand nombre de traitements tout en restant abordable pour nous.
Ce sont vraiment les trois plus grandes exigences pour nous !

Nos clients ont fondamentalement les mêmes exigences en termes de disponibilité et de sécurité, et le fait que leurs données soient hébergées en Suisse est également un gros avantage pour eux.

4. Quelles solutions d’hébergement utilisiez-vous auparavant ? Quelles difficultés avez-vous rencontrées avec elles ?

Au tout début de notre projet, nous hébergions nous-mêmes les données et les applications, mais nous ne pouvions pas consacrer suffisamment de temps à la maintenance du serveur. Nous avons dû faire face à des problèmes liés à l’air conditionné et à l’arrivée de l’été. C’est une vieille histoire maintenant…
Nous sommes ensuite passés à un autre fournisseur cloud , mais même s’il s’agissait de l’un des plus grands du secteur en Suisse, il était assez en retard sur le plan technologique. Ils travaillaient sur leur service clientèle, car c’était difficile à l’époque. Après avoir passé une nuit à travailler sur une situation de reprise après sinistre, sans qu’il y ait eu de catastrophe mais juste la perte d’un serveur, nous avons décidé de passer à un fournisseur plus moderne.

5. Pourquoi avez-vous décidé de choisir Jelastic PaaS ? Quels avantages vous ont aidé à prendre cette décision et quels résultats obtenez-vous actuellement ?

Cela peut sembler une fonction secondaire, mais nous aimions l’idée de pouvoir contrôler les nœuds à l’aide d’une interface graphique simple (c’était un grand changement par rapport à notre façon antérieure de travailler avec les serveurs), et la facturation dynamique à partir du seuil et de la consommation du serveur. Après 3 ans d’utilisation de Jelastic, nous sommes définitivement satisfaits de ce choix.
De plus, maintenant que nous passons à un modèle orienté docker pour certains composants, et à un conteneur Jelastic natif pour d’autres (spring boot en est le parfait exemple), cela nous aide vraiment d’être déjà sur une plateforme qui gère cela.

6. With what Jelastic hosting provider do you work? Why did you choose this

6. Avec quel fournisseur d’hébergement Jelastic travaillez-vous ? Pourquoi avez-vous choisi ce fournisseur ? Quels résultats avez-vous obtenus en termes de performances et de support ?

Nous avons découvert Hidora suite à la décision de changer de prestataire cloud en 2017. Il était important pour nous de disposer d’un support humain francophone ainsi que d’un partenaire tiers de notre choix – Clever net systems – qui nous aide dans la maintenance de l’infrastructure et les mises à jour de l’architecture.
Notre objectif était de passer moins de temps sur les tâches de DevOps et d’infrastructure pour nous concentrer sur le développement et avec les prix compétitifs d’Hidora c’était faisable. En plus de la bonne communication entre nos partenaires de cloud et d’infrastructure, Jelastic nous permet de gérer assez facilement les petits changements directement, ce qui rend le travail de tout le monde plus facile et plus agréable.

7. Pourquoi avez-vous décidé de faire appel à un fournisseur de services local ? Quel est le rôle de la réglementation sur les données personnelles et sensibles dans votre entreprise ?

Même si nous ne travaillons pas sur des véhicules et des objets privés, nous traitons toujours beaucoup d’informations sensibles, et je considère personnellement que tout ce qui est géolocalisé avec un horodatage et un identifiant peut être sensible si vous savez ce qu’il représente ou si vous pouvez le relier à une entreprise ou à un humain.

Le simple fait que tout (notre entreprise, nos clients, nos données) se trouve dans le même pays rend la situation plus facile à gérer : il n’y a qu’une seule législation à appliquer en matière de stockage et de réglementation des données sensibles. Bien sûr, le fait d’être « hébergé en Suisse » a aussi ses effets dans l’esprit de nos clients, mais je suis surtout heureux de travailler avec une entreprise locale tout en utilisant la technologie moderne cloud . Ce n’était pas possible il y a quelques années seulement !

8. Que pensez-vous de la conteneurisation ? Quelles difficultés (le cas échéant) avez-vous rencontrées lors de la migration d’une infrastructure basée sur les VM vers une infrastructure basée sur les conteneurs ? Comment gérez-vous actuellement la gestion des conteneurs ?

Nous étions un peu effrayés et sceptiques au début, à cause de nos vieilles habitudes, mais nous l’avons essayé sur quelques serveurs, d’abord pour notre Jenkins, puis pour Redis et notre géocodeur Gisgraphy, et nous avons réalisé les avantages de l’architecture basée sur les conteneurs.

Personnellement, j’avais peur de « perdre le contrôle » de l’infrastructure au niveau des machines, mais après quelques années de maintenance de serveurs basés sur des VM, c’est une évidence pour moi aujourd’hui. Cela simplifie l’architecture globale, s’intègre facilement dans un environnement CD/CI complet et cache les choses que je n’ai pas besoin de connaître.

9. Que pensez-vous du modèle de tarification à l’usage de Jelastic ?

Nous avons des pics toujours au même moment de la journée (pendant les heures de travail) car nos clients sont situés principalement en Suisse. Cela nous permet de diminuer les performances du serveur pendant les week-ends et la nuit. Nous ne pouvons pas implémenter cela sur tous nos serveurs pour le moment, mais nous y travaillons.

10. Partagez vos plans à venir pour le projet et pour la coopération avec Jelastic Provider.

Comme nous augmentons la taille de notre R&D, nous devons consacrer du temps à notre CD/CI en ce moment, et le plan est essentiellement d’avoir autant de serveurs hébergés dans des conteneurs que possible pour obtenir tous les avantages possibles. Notre fournisseur Hidora nous aide à cet égard, ainsi que notre partenaire d’infrastructure. En gros, nous faisons migrer les serveurs hébergés sur des systèmes d’exploitation basés sur Linux, à l’ancienne, vers le conteneur Jelastic natif lorsque cela est possible, ou vers un conteneur Docker.

11. Veuillez décrire votre pile, les types d’environnement, l’architecture si possible.

Notre produit implique de nombreux outils et applications, car nous avons une architecture construite spécialement pour nos besoins, avec des millions de messages traités chaque jour à partir de tous les dispositifs IoT de nos clients :

  • 2 serveurs back-end et front-end pour l’hébergement de notre application principale en java (spring).
  • Un cluster Elasticsearch pour la base de données (7 nœuds « données », 3 nœuds « maître », 4 nœuds « client » et 1 nœud Kibana pour les analyses).
  • Quelques serveurs pour Redis (1 cluster Redis composé de 3 serveurs), Kafka (3 Kafka + 1 serveur Zookeeper), 2 serveurs de géocodage utilisant Gisgraphy.
  • Quelques applications spring boot consommatrices de Kafka fonctionnant sur des nœuds individuels.

Pour l’instant, environ la moitié de ces serveurs fonctionnent sur des VPS CentOS, mais nous prévoyons de tout avoir en conteneurs d’ici la fin de l’année.

12. Soulignez trois points principaux que vous appréciez dans le PaaS Jelastic.

Je dirais que les 3 principaux avantages de la solution PaaS qu’offre Jelastic sont qu’elle nous donne une nouvelle façon de gérer notre infrastructure en toute sécurité, à un coût réduit, et de manière simplifiée. Nous pouvons toujours ajouter des machines virtuelles lorsque c’est vraiment le seul moyen.

  • L’authentification à deux facteurs était une condition sine qua non pour nous en ce qui concerne la sécurité du serveur. Nous avons besoin d’avoir accès au tableau de bord pour visualiser l’état du serveur, planifier une migration ou améliorer les performances, mais l’accès à la production est quelque chose de sensible chez Logifleet. Jelastic nous permet d’envisager d’obtenir la certification ISO-27001 avec notre fournisseur en Suisse, ce qui aurait été impossible avec notre ancien fournisseur.
  • Évidemment, le marché des grands conteneurs est utile dans notre secteur, mais la gestion de cloudlets (ressources attribuées à un serveur) à la volée, sans avoir à redémarrer, est vraiment ce qui a changé la donne pour nous, car nous pouvons enfin surdimensionner notre serveur et le réduire à ce qui nous convient, sans avoir à le planifier des jours à l’avance. C’est une optimisation de prix, et j’aime l’idée que grâce à ce genre de fonctionnalité, moins de ressources sont réservées et « gaspillées » pour rien à grande échelle.
  • L’interface graphique et l’accès direct sont également un point que j’aimerais souligner : sa conception bien pensée permet d’avoir un aperçu rapide de l’état de l’infrastructure complète, et de nombreux accès sont simplifiés une fois connecté. Par exemple, l’accès direct fusionné à /var/log des serveurs du même conteneur est vraiment utile lorsque vous avez besoin d’un accès rapide et sécurisé pour vérifier quelque chose. Il s’agit d’un gain minime, mais il s’accumule en jours à la fin de l’année.

logo logifleet

Écrit par

Matthieu Robin Hidora
Matthieu ROBIN
13/09/2021

Matthieu Robin est le CEO de Hidora, un leader stratégique expérimenté, un ancien administrateur système qui a géré et configuré plus d’environnements manuellement que quiconque sur la planète et après avoir compris que cela pouvait être fait en quelques clics a créé Hidora SA. Il intervient régulièrement lors de conférences et aide les entreprises à optimiser leurs processus métier grâce à DevOps. Suivez-le sur Twitter @matthieurobin.

Recevoir nos actualités